Petit aperçu afin de vous mettre dans le bain : Martin Crawford nous présente le fruit des ses réflexions et de son travail.

1ère et 4ème de couverture
1ère et 4ème de couverture

1ère et 4ème de couverture

Bientôt cinq années que je me promets de me lancer dans ce génial ouvrage, conseillé par un ami allemand rencontré au fin fond de la NZ, mais à l'époque, il n'existait pas encore de traduction française.

Comme cet ouvrage est fondamental à mes yeux, pour pouvoir mettre mon rêve en forme, je vais partager ma lecture en tâchant de l'enrichir de mes observations, chapitre après chapitre. 

Si vous souhaitez concevoir une forêt-jardin, l'achat de ce livre n'est peut-être pas indispensable, mais je vous le conseille tout de même, car il est complet, précis et simple - je ne lui connais pour l'heure pas d'équivalent.

Pour ceux qui vivent dans la pampa et ne peuvent accéder facilement à une librairie, vous pouvez le commander ici (et continuer en toute quiétude de boycotter Amazon).

Sommaire
Sommaire
Sommaire
Sommaire
Sommaire

Sommaire

Dans cet article et les suivants, je vais vous résumer le premier chapitre de la première partie de l'ouvrage intitulée "Comment fonctionne une forêt comestible" dont les chapitres sont les suivants : 

1. Les forêts comestibles 

2. Caractéristiques et production : article ici.

3. Les effets du changement climatique : article ici.

4. Plantes indigènes, plantes exotiques : article ici.

5. Imiter la forêt : article ici.

6. La fertilité des forêts comestibles : article à venir

 

Ce sera forcément incomplet, mais il s'agit de donner avant-tout de donner un aperçu de sa méthodologie et de mettre en avant les points qui m'ont semblé cruciaux. 

La Forêt-Jardin, de Martin Crawford. Partie 1.1. Les forêts comestibles (Définition)

La tâche peut sembler faramineuse. Martin conseille de lire le livre entier avant de commencer la conception, pour ne pas perdre de temps et être désorienté. Il faudra connaître, avant d'imaginer quoique ce soit, la "zone de rusticité" du terrain, déterminer si des microclimats sont possibles ou déjà créés,  l'exposition, le vent... afin de savoir quelles espèces implanter. 

Par exemple, comme j'habite non loin de Nice, et connaissant les variations de températures ici, je sais que je suis en Zone 9 (-7° à -1°). Avec le changement climatique, nous sommes doucement en train de passer en Zone 10 (-1° à +4°).

Mais tout d'abord, de quoi parlons-nous quand nous entendons "forêt jardin" ?

Chapitre 1. Les forêts comestibles

Définition :

"Une Forêt Comestible est un jardin reproduisant la structure d'un jeune boisement naturel, et employant des plantes d'interêt direct ou indirect, souvent comestibles. Il peut héberger des arbres de grand ou petit développement, des arbustes, des vivaces herbacées, des herbes aromatiques, des annuelles, des légumes-racines et des grimpantes, le tout planté de façon à maximiser les interactions positives, à diminuer les négatives et à maintenir la fertilité (principalement ou en totalité) grâce aux plantes elles-mêmes."

* On y trouve donc des plantes principalement pérennes, polyvalentes, mélangées, formant un écosystème où diversité rime avec santé.

* Ce système vise l'autonomie, avec des plantes efficaces dans l'extraction de nutriments, telles les fixatrices d'azote et reproduisant autant que possible le cycle d'une pseudo-forêt.

* Il peut être mis en place sur toutes échelles, allant du petit jardin de 100m2 à plusieurs champs.

* "Forest Garden" est un terme inventé par Robert Hart dans les années 80, qui a expérimenté dans le Shopshire. Les jardins forêts ont aussi d'autres noms, on les dit parfois "domestiques" ou "en étages". On en trouve partout sur la planète.

Bénéfices : 

- Atteinte du "climax écologique", c'est-à-dire la phase finale d'évolution naturelle. Ainsi, il faut moins d'énergie pour maintenir le système en état. On ne peut pas atteindre l'autogestion totale (on est entre le verger et la forêt) mais s'en approcher. 

- Efficacité, grâce à la taille et au sol couvert en permanence, le désherbage est minimal,  la biomasse importante.

- Produits très variés.

- Résilience aux extrêmes climatiques décuplée.

- Les plantes comestibles ornementales offrent une beauté sauvage.

- Bénéfices environnementaux : séquestration de carbone, dans le sol et la lignine, stockage d'eau, évite les inondations, l'érosion, isole les habitations qui s'y trouvent, et propose un espace agréable pour la faune sauvage.

- Dans certains cas, un certain potentiel commercial (qu'il faudra penser dès la conception).

 

*** Attention ***

Forêt jardin n'est pas synonyme de permaculture. La permaculture est une approche globale et systémique, mais bien sûr... un jardin forêt est "tout à fait perma" ;)

Une forêt jardin n'est pas une forêt mature sombre, sous nos latitudes du moins. Sous les Tropiques, c'est encore autre chose.

Le livre se base sur le "climat parisien" pour les données qui concerne l'exposition, etc. Il faut donc bien sûr adapter. Un fort ensoleillement parisien n'est pas méditerranéen !

 

La Forêt-Jardin, de Martin Crawford. Partie 1.1. Les forêts comestibles (Définition)

La suite ici (clique).

Retour à l'accueil